info@e-novia.be
+32 (0)4 277 87 37
Lundi - Vendredi: 8h30 - 18h

Archive for 2017


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/nav.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 30

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/nav.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 30

Voyager en sécurité


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Que ce soit pour affaires ou pour loisirs, voyager comporte une certaine part de risque. Ce risque ne se limite pas aux événements médiatiques (terrorisme, catastrophes naturelles, troubles géo-politques, etc). Au contraire, les risques les plus communs sont ceux qui passent innaperçus. Maladie, petite criminalité, accidents de la route ou encore perte et vol de passeport sont ceux auxquels chaque voyageur est régulièrement exposé. 

Selon une étude Ipsos MORI, 80% des entreprises sondées ont du modifier leurs projets de voyage suite à une menace de santé ou de sécurité en 2016. Ces quelques notions de base vous aideront à planifier vos voyages en conséquence.




Prendre le risque en compte dans votre stratégie voyage

 

Chaque entreprise a un devoir de diligence envers ses employés. Il est indispensable d’intégrer les notions de sûreté, santé et sécurité dans votre stratégie voyage. Pour une meilleure efficacité, il convient d’impliquer un maximum de participants dans cette étude. Idéalement la direction, la RH, les finances, les voyageurs doivent prendre part à cette concertation. Leur point de vue respectif rendra l’étude plus complète et son application plus concrète. L’objectif de ce tour de table est de s’accorder sur un niveau de risque acceptable et de s’assurer de disposer des moyens nécessaires pour assurer le bien-être des voyageurs en mission. 

Être bien informé

 

Un voyageur averti en vaut deux! Un bon trip brief doit inclure les informations relatives aux conditions d’entrée (visa, passeport, etc.), les éventuelles recommandations sanitaires (vaccins, médicaments conseillés ou proscrits) et surtout les avertissements de sécurité (niveau de risque et avis de voyage) pour chaque pays à visiter. Le profil démographique des voyageurs est aussi à prendre en compte. En effet, les critères d’âge peuvent influencer la sensibilité à certains virus ou maladies, de même que les femmes peuvent être sujettes à d’avantage de risques que leurs homologues masculins. 

Localiser les voyageurs

 

Savoir qui se trouve où et quand est essentiel pour s’assurer du bien-être de chaque voyageur. L’idéal est de disposer d’un système de géolocalisation spécialement conçu à cet effet. Un mapping en temps réel des voyageurs réduit le temps de réaction et améliore l’assistance aux voyageurs en cas d’urgence. Si vous n’avez pas accès à ce genre de services, d’autres méthodes peuvent aider à suivre l’évolution des voyages en cours. Encourager les voyageurs à partager leurs itinéraires ou à signaler leur position périodiquement peut aussi aider à les situer en cas de besoin. 

Être prêt à réagir en cas de besoin

 

Même si la majorité des voyages se passe sans accroc, savoir comment s’y prendre en situation de détresse est inévitable. Sensibiliser les voyageurs au comportement à adopter en cas de menace peut leur éviter le pire. Quelques notions de sécurité de base peuvent faire la différence le moment venu. Le management de l’entreprise aussi doit être préparé à ce genre d’éventualité. Il en va de leur responsabilité de s’assurer d’avoir les outils et les moyens adaptés pour assurer la sûreté de leurs employés en déplacement.


En résumé, on ne peut pas prévoir l’imprévisible mais on peut s’y préparer. Il ne faut pas attendre qu’une situation délicate se produise pour se demander ce qui aurait pu être fait pour l’éviter. En agissant préventivement, bon nombre de situations peuvent être évitées ou maîtrisées rapidement. Une approche proactive réduira l’exposition des voyageurs aux risques et permettra un meilleur suivi en cas de besoin. 

Les 4 C du travel management


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Un travel management efficace doit être adapté à la taille, à la culture et au domaine d’activité de l’entreprise concernée. S’inspirer ou répliquer la stratégie d’une autre organisation est un choix très risqué. La nature des destinations, la sensibilité aux coûts et la fréquence des voyages varient inévitablement d’une entreprise à l’autre. Il est donc nécessaire de développer une stratégie voyage propre à votre activité. Bien que chaque méthode soit différente, les principes de base pour démarrer n’en restent pas moins identiques. Voici ci-dessous un aperçu des points-clés à prendre en compte pour commencer votre approche voyage sur de bonnes bases.


Coûts L’objectif du travel management en matière de dépenses est double. Il doit permettre à la fois de réduire les coûts et de maintenir des standards de qualité favorables à un environnement de travail productif. Les méthodes pour y arriver sont uniques à chaque entreprise selon leurs besoins et leurs moyens spécifiques. Néanmoins les principes de base sont applicables à toute organisation. Une approche budgétaire trop ferme et trop restrictive sera toujours contre-productive. De même qu’une approche trop souple et trop permissive mènera à des dépenses déraisonnées. Il convient de fixer quelques règles internes pour trouver un équilibre qualité-prix qui convienne autant aux voyageurs qu’au management. 

Culture Développer et promouvoir une culture voyage positive est essentiel. Être appelé à voyager doit être perçu comme un gage de confiance et de reconnaissance, pas comme une contrainte. Une approche budgétaire sociable et valorisante envers les voyageurs contribuera à renforcer cette culture positive. En se sentant valorisé et apprécié, le voyageur sera d’autant plus dévoué à sa mission à l’étranger. Réciproquement, un voyageur reconnaissant sera plus attaché à son entreprise et plus investi dans la pérénité de sa stratégie voyage.

Contrôle Un suivi régulier des dépenses et de la satisfaction des voyageurs est incontournable pour un travel management réussi. Un passage en revue des dernières dépenses permet à la fois d’évaluer l’efficacité du système et de remédier à ses éventuelles faiblesses. Les conditions de voyage doivent aussi être régulièrement vérifiées. Un voyageur satisfait n’en sera que plus productif et plus motivé pour ses prochains déplacements.

Communication Un voyageur bien informé sur les raisons qui justifient les choix de l’entreprise dans l’élaboration de la stratégie voyage sera plus impliqué dans le succès de cette dernière. Une bonne communication en interne entraîne une meilleure collaboration des voyageurs et améliore le respect des procédures.

En résumé, intégrer ces 4 pillers dans votre stratégie voyage la rendra plus performante et assurera sa durabilité. Chaque point doit être abordé selon les spécificités de l’entreprise et de ses voyageurs. Il convient aussi de garder une certaine flexibilité vis-à-vis de ces mesures, de façon à pouvoir s’adapter facilement aux changements internes de votre entreprise et aux nouveautés de l’industrie du voyage.

L’art du bleisure


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Le bleisure est une tendance de plus en plus populaire! Loin d’être une nouveauté, cette pratique se résume à s’accorder un peu de temps libre au cours d’un déplacement professionnel pour profiter des charmes de la destination visitée à des fins personnelles. Traditionnellement tolérée pour les hauts responsables, cette tendance se démocratise et s’étend à présent à tous les profils de voyageurs. Au cours d’une étude menée l’année dernière, près de 40% des voyageurs sondés ont reconnu avoir prolongé volontairement au moins un déplacement professionnel pour des raisons de loisirs. A première vue cette pratique peut sembler à l’avantage exclusif des voyageurs. Pourtant, une fois bien déployé, ce procédé peut devenir un véritable moteur de performance pour l’entreprise. Voici conseils et astuces pour éviter les dérives et mettre en avant les bienfaits du bleisure dans votre stratégie voyage. 




Prendre position

 

Quelle que soit la ligne de conduite que vous souhaitez adopter, il est important de communiquer clairement votre position en la matière. Il y a trois attitudes possibles vis-à-vis du bleisure: l’interdire, l’ignorer ou l’autoriser. Des trois, l’ignorer, ou laisser chacun agir à sa guise, est de loin la moins recommandée. Cela entraîne inévitablement des dérives et risque de détourner le voyageur de sa mission. L’interdire a le mérite d’être clair mais peut nuire aux deux parties. La réussite d’une stratégie voyage implique un respect mutuel entre voyageur et management. Or, priver les voyageurs d’un moment de détente projette une image négative sur la politique sociale de l’entreprise. Finalement, l’autoriser est une chose mais encore faut-il l’encadrer correctement. Permettre à son personnel de joindre l’utile à l’agréable est une démarche honorable mais cela nécessite quelques règles pour éviter un possible retour de flamme.

Assurer la transparence

 

Toujours dans la perspective du respect mutuel entre voyageur et employeur, il convient d’établir clairement la limite entre activités privées et professionnelles. Cela permet d’une part à l’employeur de s’assurer que le voyage reste bien justifié par une mission professionnelle et d’autre part cela permet au voyageur de discerner sa disponibilité professionnelle de son temps libre. Ce partage entre activités profesionnelles et privées prend aussi son importance en matière de responsabilité. Un voyageur envoyé à l’étranger par son employeur reste sous la responsabilité juridique de ce dernier jusqu’à son retour. Il est vivement recommandé de consulter assureur et ressources humaines pour délimiter la part de responsabilité des deux parties dans le cas de voyages à usage à la fois privé et professionnel.

Réduire les coûts

 

A priori, prolonger un voyage plus que nécessaire semble à contre-courant des mesures de réduction des coûts. Pas tout à fait… Paradoxalement, le bleisure peut devenir une source d’économies. La partie privée du voyage est par nature plus flexible que la professionnelle. Cela élargi considérablement le choix de prix pour la billeterie. De plus, bon nombre de billets discount imposent la saturday night rule. Simplement repousser son retour du vendredi au dimanche peut réduire le prix du billet jusqu’à 60%. En hôtellerie aussi les opportunités d’économies existent. La plupart des hôtels à vocation business font des offres de type « Buy 3 Stay 4″, « 3-4-2″, etc. à qui souhaite séjourner le week-end. Certaines compagnies aériennes s’intéressent aussi à ce phénomène. Singapore Airlines, entre autres, proposent des packages stop-over gratuits ou à prix dérisoire. Tout ça sans même parler des occasions de dépenser les points de fidélité accumulés auprès des transporteurs et hôteliers!

Renforcer l’aspect social

 

Voyager régulièrement peut être affaiblissant pour les voyageurs, avec des conséquences autant sur leur vie privée que professionnelle. Le bleisure permet d’inverser la vapeur et d’ajouter une statisfaction personnelle aux voyages. Imaginez-vous passer 3 jours intenses pour un salon international à Delhi au milieu de centaines d’invités, dans un hôtel loin en dessous de vos standards habituels et à peine 72 heures pour vous accoutumer de l’ambiance locale et du décalage horaire. Difficile de se réjouir à l’idée de recommencer la semaine suivante dans une autre destination. Et pourtant, ajoutez-y une visite nocturne du Delhi historique par un guide privé un soir après votre journée de travail et le tableau s’éclaircit déjà. Complétez ensuite avec une escale à Dubai sur le retour dans un golf resort de premier choix et voilà maintenant un voyage pour lequel vous vous réjouissez et durant lequel vous serez bien plus productif.


En résumé, le bleisure peut être un véritable levier de performance pour votre activité. Une fois quelques règles fixées, les avantages profitent autant aux voyageurs qu’à votre entreprise. Il contribue à développer une culture voyage positive et à augmenter le rendement de vos employés en déplacement. Côté voyageur, cela permet de relâcher la pression et d’ajouter une satisfaction personnelle aux voyages professionnels. L’impact financier est raisonnable et le retour sur investissement rapidement appréciable.  En somme, une fois bien encadré, c’est un excellent outil à intégrer dans votre stratégie voyage. 

Top 100 Airlines of 2017


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/meta.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 38

Le 20 juin dernier, Skytrax a révélé son désormais célèbre classement des 100 meilleures compagnies aériennes mondiales lors du Salon du Bourget. Qatar Airways récupère son titre de meilleure au monde, après avoir cédé sa place en 2016 à sa voisine Emirates. C’est la quatrième fois que la compagnie qatarie surclasse ses concurrentes, après ses sacres de 2011, 2012 et 2015. Singapore Airlines et ANA complètent le podium de cette version 2017. Belle performance de Lufthansa qui continue sa progression dans le top 10 et se classe à la 7ième place, se plaçant ainsi en tête des compagnies aériennes européennes.

Classement des 20 meilleures compagnies aériennes 2017

2017 Rating  Airline  2016 Rating
1 Qatar Airways 2
2 Singapore Airlines 3
3 ANA All Nippon Airways 5
4 Emirates 1
5 Cathay Pacific 4
6 EVA Air 8
7 Lufthansa 10
8 Etihad Airways 6
9 Hainan Airlines 12
10 Garuda Indonesia 11
11 Thai Airways 13
12 Turkish Airlines 7
13 Virgin Australia 18
14 Swiss Int’l Air Lines 15
15 Qantas Airways 9
16 Japan Airlines 21
17 Austrian 19
18 Air France 14
19 Air New Zealand 17
20 Asiana Airlines 16

Retrouvez le top 100 complet ici.

Dans le top 5 l’Asie et le Moyen-Orient sont à l’honneur. On y retrouve les mêmes candidats que l’année dernière dans un ordre légèrement différent. Les classes premium et les dernières innovations de Qatar Airways lui ont permis de décrocher le graal ainsi que 4 autres récompenses: meilleure compagnie du Moyen-Orient, meilleure classe affaires, meilleure lounge première classe et meilleure innovation de l’année grâce à leur nouveau concept Qsuite présenté en mars dernier à l’ITB de Berlin. Le trophée de la meilleure première classe reste dans les mains d’Etihad pour une année supplémentaire.

Au niveau européen, Air France (-4) freine un peu la cadence après six années d’une remontée folle. Passée de la 55ième place en 2010 à la 14ième en 2016, la compagnie française recule au 18ième rang. La déception est encore plus grande outre-Manche. En effet, British Airways (-14) s’enfonce dans le classement. Celle qui fût couronnée meilleure compagnie en 2006 figure à présent à la 40ième place, deux longueurs devant sa petite soeur Iberia (+10) et sept rangs derrière ses rivaux de Virgin Atlantic (-5). Plus réjouissant cette fois, Swiss (+1) et Austrian (+2) confirment et renforcent leurs bonnes prestations. En plus d’honorer une très belle 17ième place, les Autrichiens repartent avec le trophée du meilleur service à bord. Outre sa belle performance dans le top 10, Lufthansa (+3) a aussi récolté quelques awards supplémentaires. Les Allemands ont quitté le Bourget avec le prix de meilleure compagnie en Europe et celui de meilleure compagnie pour la qualité des plats servis dans leurs lounges de première classe.

Côté belge, Brussels Airlines (-9) perd quelques plumes en passant de la 59ième à la 68ième place. L’écart avec sa rivale Ryanair est de plus en plus mince. En effet, la low cost irlandaise (+32) fait une jolie progression et finit 8 rangs derrière sa voisine de Zaventem. Brussels Airport (-8) suit la même tendance au classement des meilleurs aéroports, pour se loger finalement entre Nice et Panama au 91ième rang du top 100.


Le classement annuel des compagnies aériennes a été introduit par Skytrax en 1999 sur base d’enquêtes de satisfaction menées auprès de passagers volontaires. Ces enquêtes portent sur une sélection de critères comprenant entre autres le confort des sièges, l’amabilité du personnel navigant, les opportunités de loisirs à bord, la propreté des avions et l’expérience au sol. Les critères de prix, gestion des bagages, ponctualité et sécurité ne sont pas pris en compte dans l’attribution des étoiles et la réalisation du classement des meilleures compagnies aériennes. Pour l’édition 2017, plus de 19 millions d’enquêtes ont été prises en compte entre août 2016 et mai 2017. Si vous souhaitez participer à cette étude, vous pourrez partager vos avis sur votre expérience en vol ICI.


Warning: include(/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/nav.php): failed to open stream: No such file or directory in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 48

Warning: include(): Failed opening '/home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/_/inc/nav.php' for inclusion (include_path='.:/usr/local/php74/pear') in /home/customer/www/e-novia.be/public_html/wp-content/themes/e-novia/archive.php on line 48
Envie de partager une réaction sur l'un de nos articles? Contactez-nous